La 3D au service de la fertilité féminine?

19.05.2017

ovaire-artificiel-impression-3D.png

Incroyable mais vrai: des scientifiques issus de l'université Northwestern de Chicago sont parvenus il y a peu à donner naissance à des bébés souris par l'intermédiaire d'ovaires imprimés en 3D ! La science, associée à la technologie, est-elle en mesure de briser toutes les barrières? Les femmes éprouvant des difficultés à procréer peuvent-elles espérer trouver une solution en l'impression 3D? Réponses. 

Alors que les premières imprimantes 3D sont apparues il y a moins de 20 ans, elles ont d'ores et déjà servi la médecine à plus d'un titre. Après avoir imprimé des hanches artificielles, des appareils dentaires et auditifs ou encore des cellules souches, ces imprimantes tridimensionnelles tout droit venues du futur s'attaquent désormais à l'infertilité féminine.

Des ovaires imprimés grâce à la 3D

Des ingénieurs et chercheurs en reproduction en poste à l'université de Northwestern à Chicago se sont lancés un défi fou: imprimer les premiers ovaires artificiels fonctionnels.  

Grâce à ces derniers, une souris infertile est miraculeusement parvenue à donner naissance à des souriceaux en bonne santé à l'aide d'ovaires imprimés grâce à la technologie 3D !

Si ces ovaires, composés étrangement de gélatine, ont non seulement permis de donner la vie, la souris en question a également recouvré un cycle menstruel normal. Cette dernière a dès lors été en mesure d'allaiter ses bébés. 

Une avancée prometteuse 

Si cette technologie n'a jusqu'alors été testée que sur des souris, l'objectif final est toutefois bien plus ambitieux. Ces mêmes chercheurs souhaiteraient notamment, à terme, appliquer cette méthodologie sur des femmes devenues stériles à l'issue d'une chimiothérapie ou présentant, par exemple, des kystes ovariens.

Quoi qu'il en soit, cette avancé constitue un joli espoir pour les femmes stériles. L'avenir nous dira s'il est possible de transposer ce type de pratique à l'humain pour peut-être un jour venir à bout de l'infertilité féminine. 

Source: Nature Communication.


Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus
OK